Le mage immortel 1. L'élu des dieux par Sg HORIZONS

Le mage immortel 1. L'élu des dieux par Sg HORIZONS

Titre de livre: Le mage immortel 1. L'élu des dieux

Auteur: Sg HORIZONS

Broché: 400 pages

Date de sortie: April 10, 2018

Sg HORIZONS avec Le mage immortel 1. L'élu des dieux

Le mage immortel 1. L'élu des dieux par Sg HORIZONS a été vendu pour EUR 0,99 chaque copie. Il contient 400 le nombre de pages. Inscrivez-vous maintenant pour accéder à des milliers de livres disponibles en téléchargement gratuit. L’inscription était gratuite.

Si le destin vous offrait d’immenses pouvoirs magiques, plus que cela, une éternité à vivre, que feriez-vous ? Je vous invite à retracer la vie extraordinaire de Teyrn Pendragon, l’histoire d'un mage arpentant cette terre depuis quinze siècles.


De Camelot où il a vu le jour, au cœur de l’empire franc qu’il a contribué à créer, sur le continent américain avant que les premiers colons n’y posent les pieds, jusqu’aux confins du monde sous l’air des samouraïs, découvrez ses aventures. Revivez l’Histoire sous les traits de l’homme, du guerrier, de l'explorateur ou encore du leader. Plus encore, sous les trait de cet être exceptionnel.

EXTRAIT



Ces hommes ont été envoyés pour capturer Alice, mais son intervention a changé la donne. Teyrn refuse qu’elle meure, et à présent qu’il a révélé sa présence aux mercenaires, nul doute qu’ils la tueraient à vue. En haut des marches, une autre porte leur bloque le chemin. Il ne perd pas de temps et fredonne les mots sacrés qui font naître dans sa main dirigée vers le battant, une onde d’énergie. La porte est subitement arrachée de ses gonds. Et alors que la jeune fille tente encore de comprendre ce à quoi elle vient d’assister, il la force à s’engouffrer dans l’ouverture. Un vent glacé et l’obscurité les accueillent avant qu’il n’aperçoive les lumières de la ville dans le lointain.
— Nous sommes sur le toit, dit alors Alice, le souffle court.
Un toit plat, bétonné, vide. Mais déjà Teyrn l’incite à reprendre leur course. Le bruit de leurs pas qui frappent le sol est différent ici, d’autant plus que leur foulée s’allonge dans cet espace dégagé. Puis d’autres sons viennent s’ajouter à leur cavalcade, de la musique qui résonne depuis l’étage inférieur à ceux de coups de feu qui éclatent derrière eux. Il grince des dents et tire plus fort le bras de la femme qu’il a à cœur de protéger. À l’extrémité du toit qu’ils parcourent encore, il aperçoit le bâtiment qui le jouxte, plus haut d’un étage. Alice ne se doute pas vers quoi ils se précipitent, son attention est dirigée vers ce qui se passe derrière eux : ceux qui les ont suivis jusqu’en haut et qui leur tirent dessus. D’un geste brusque, il la ramena contre lui afin d’enrouler ses bras autour d’elle. Alice pousse un cri au moment où elle ne perçoit plus le sol sous ses pieds, ayant atteint le rebord délimitant le toit du vide dans lequel ils viennent de sauter. Plaquée contre lui, elle l’agrippe avec force. Mais alors leurs corps brisent l’une des vitres du dernier étage leur permettant ainsi de s’engouffrer dans le nouveau bâtiment jouxtant le toit de celui qu’ils viennent de quitter. Le choc avec le sol bétonné est violent et se répète une nouvelle fois alors qu’ils roulent sur eux même, mais Teyrn la maintient dans ses bras, use de son pouvoir pour amortir chaque impact. Ensemble, ils tournoient encore à plusieurs reprises avant de s’immobiliser. La douleur. Elle irradie de sa hanche droite sur laquelle il s’est réceptionné la première fois. Mais il l’ignore, se relève pour s’assurer que sa compagne va bien. Hagarde, elle fixe ses pieds, probablement pour se demander où se trouve l’une de ses ballerines manquante. Il se baisse vers elle, glisse déjà ses mains sous ses aisselles pour la mettre debout. Étonnement, elle tient sur ses jambes. Mais alors elle se retient à lui alors qu’il veut s’écarter pour analyser leur environnement direct. Elle lève alors son visage vers le sien, croise son regard et, l’espace d’un instant, il oublie tout y compris le danger qui les cerne. Les beaux yeux d’Alice dévient plus haut. Sa capuche, il ne la porte plus. Il aurait dû se couper ses cheveux d’un noir de jais, qu’elle doit trouver bien trop longs. Elle ancre à nouveau son regard au sien, d’un bleu foncé. Il est si près d’elle. Il la tient dans ses bras... enfin.
Le premier projectile de la rafale de balles qui fusent vers eux l’atteint à l’épaule gauche alors que les suivants percutent le champ d’énergie qu’il a élevé